dimanche 11 juin 2017

Une saison au potager

Une petite visite du potager s'imposait de bon matin, il fait chaud, sec et la pluie n'est plus d'actualité

J'avais planté de nombreuses petites graines de tomates, entre temps mes étiquettes en bois ont pris l'humidité et il m'est impossible de savoir de quel spécimen il s'agit mais je peux être assurée de savoir que j'aurais des fruits... je n'aurais plus à la récolte qu'à prendre des photos et mettre quelques graines de côté


Cerises noires bientôt en dégustation




Je voulais tester les graines de fèves Aquadulce...
De belles cosses mais limitées en nombre, peu intéressantes
Après avoir écosser lesdites gousses il fallait aussi les faire bouillir pour permettre d'enlever la petite coque qui protège le coeur, beaucoup de travail pour peu de fruits, je ne sais pas si je recommencerais


Ici des gousses de petits pois merveilleusement parfumés
Nous nous sommes régalés


Premières salades
Le goût est inimitable


Après quelques jours de fraîcheur le soleil est revenu taper fort la région parisienne mais heureusement le vent réussi à maintenir les températures à un niveau acceptable et puis de toute façon l'été n'est plus très loin...
L'année dernière il faisait trop froid et nous n'avions eu aucun fruit, cette année le potager déborde


Mes plants de pomme de terre sont de toute beauté
Bindje à gauche, Rosevald à droite


La chaleur revenue les fleurs devraient pouvoir s'ouvrir et alors la récolte ne tardera pas


La bourrache est en fleur, il devait rester des graines dans le sol du potager et elles ont repoussées comme des grandes, j'ai tout de même installé mon unique pied en pleine terre à la faveur d'une bonne averse




Le petit tour aura été rapide mais je suis ravie des résultats obtenus et si la météo douce et agréable se maintient, je devrais pouvoir récolter mes premiers légumes sous peu... après un début de printemps assez sec et beau et la période de froid qui a brûlé l'intégralité de nos fruitiers, je me réjouis de voir que mon jardin fait montre d'exubérance et que le potager n'est pas en reste

lundi 5 juin 2017

7:10... au petit matin

Si je vous disais qu'en ce début de long week-end je ne suis pas restée au jardin mais dans ma cuisine, j'y ai préparé une tournée de crêpes parfumées au rhum des Antilles et plus exactement de Martinique où j'avais eu le plaisir d'aller en 1994 (ça remonte je sais), le tout servi avec une confiture maison aux bonnes fraises de saison, des fraises ramassées à la cueillette du coin, les 10 pieds de fraisiers installés au potager ne donnent pas suffisamment pour prétendre à faire des confitures...

Faute d'avoir suffisamment de fruits, je suis allée avec zhom à la cueillette des fraises, c'est devenu l'endroit incontournable à cette époque de l'année sauf que c'est maintenant blindé de monde et comme partout les gens sont irrespectueux pendant que d'autres se gavent gratuitement au lieu d'aller à la caisse grrrrr


Zut, voila une heure que je pêche littéralement pour essayer de pondre un article qui soit intéressant pour vous petits lecteurs
Je mets un mot, j'efface, je recommence, ça n'avance plus, c'est la berezina
Il y a des jours comme ça où la page blanche est de rigueur...
Je vais tout de même tenter de remédier à l'affaire...

Et si j'évoquais ce petit couple fort charmant qui a élu domicile dans le lilas
Ils ont trouvé là un lieu de repos qui semble leur convenir et vu qu'il y a quantité d'insectes ce lieu privilégié leur sert de cuisine ouverte sur dame nature




L'érable Seiryu toujours resplendissant m'offrira juste ses deux ou trois ailettes, le reste a été cramé par le froid et les gelées d'avril



Ne les cherchez pas sur cette photo, c'est juste pour vous montrer William Shakespeare 


Pour continuer dans le pourpre j'ai aussi le très joli mélange entre Purple Lodge et en fond Gertrude Jekyll



Joli fouillis et mélange floral


et la multitude de fleurettes roses du Géranium Sanguineum striatum


Encore un autre géranium rose, celui-là c'est Endresii (merci Aude), ça serait bien que je finisse par retrouver les étiquettes (sur la photo du dessous c'est le géranium strié de la photo du dessus)


Ma belle pivoine s'est affalée, accablée sans doute par la vague de chaleur que nous avons traversé 


semant ses innombrables pétales comme à un jour de mariage




Le rose est très présent au jardin cette année, à croire que j'ai créé un monde dédié à barbie...


 



Bon le contraste et la lumière donnent l'impression que mon rosier Rosier Pimprenelle offert par Nathalie Poizat a été plongé dans un mélange radioactif, c'est flashy


Peut-être qu'en fait c'est mon appareil photo que j'ai fait tomber dans le chaudron magique, toutes mes photos sont contrastées et les couleurs fluo, grrrr
Tout cela n'enlève rien au charme incontestable de Bossa Nova qui me ravit pour sa première floraison, planté l'année dernière il est l'atout charme de cette année 2017
Dommage qu'il ne soit pas parfumé, s'aurait été la cerise sur le gâteau 

Bossa Nova



Le soleil n'y est sans doute pas étranger d'ailleurs au contraste fort et à la médiocrité des couleurs de mes images, il faudra que je lui demande des comptes à celui-là

Queen Of the Musk caché par l'énorme masse du sédum trop proche, sans cette ombre portée il serait bien plus beau en profitant d'un peu plus de lumière, position à changer à l'automne impératif


J'allais oublier Ghislaine de Féligonde que je pensais plus rose et moins "orangé", une couleur que j'ai du mal à intégrer au jardin et encore plus à "adopter" mais il faut bien changer et sortir de sa zone de confort... donné à 3 mètres il devrait pouvoir envahir tout le coin de la clôture nous protégeant ainsi des regards indiscrets... pour l'instant c'est encore un bébé et il a tout l'été pour se développer




S'il y en a un qui fait le bonheur des butineurs (et de la jardinière au passage) c'est bien mon gigantesque Thalia, fabuleusement beau cette année il est "l'attraction" au jardin, désolée pour l'encombrant désordre qui règne sur les photos mais  j'ai adopté la méthode des couches pour étouffer les mauvaises herbes qui prospèrent, il faudra que je pense à me transformer en mouton pour en venir à bout... surement dans une autre vie, à moins que ce ne soit navigatrice tourdumondiste !!!



d'un peu plus près ça donne à peu près ça, c'est beau, c'est frais



Ou du splendide Annapurna et sa belle couleur crème fraiche


Aimée Vibert me sort le grand jeu malgré son immaturité


Iceberg a doublé de volume, ses belles pétales accrochent l'astre brillant



Tient un autre géranium, il s'agit de Sanguineum album resplendissant dans la vive  lumière solaire



Dans ma pelouse j'ai trouvé cette drôle de fraise / framboise inconnue
Après recherches il s'agit d'une espèce invasive, le fraisier des indes dont la baie peut s'avérer toxique et qui s'est installé au jardin, pour y avoir goûté je n'ai pas éprouvé ou ressenti la moindre gêne, cela dit les informations à ce sujet sont plus ou moins vague, dans l'absolu il vaut mieux s'abstenir d'y goûter pour éviter tous soucis


Le reste se fera sans paroles...
Ou presque
Campanule au coucher du soleil





Une jolie inconnue qui, si mes souvenirs sont bons, provient du jardin de Greg


Géranium Johnson Blue si joli

Je terminerais cet article sur une plante que j'aborde habituellement dans un article dédié, je ferais une exception ici... ma belle sarracenia vient tout juste de fleurir
Si j'ai pensé à l'hiver venu qu'elle ne passerait pas cette période fatidique force est de constater qu'elle déploie ses plus jolis atours


 


Je vous retrouve bientôt pour les dernières nouvelles...
ensuite mon jardin sera au repos pour tout l'été et je vous retrouverais à la rentrée